Month: mars 2018

La réponse de l’OOAQ à un épisode de désinformation dans les médias

– par Geneviève Lamoureux, vice-présidente de l’ABC, et Anne Moïse-Richard, orthophoniste au CR Marie Enfant du CHU Sainte-Justine

Le 27 février dernier, l’émission Deux filles le matin,diffusée sur les ondes de TVA, recevait sur son plateau le Dr Jean-François Chicoine, pédiatre et professeur de pédiatrie. À la fin de l’émission, le sujet du bégaiement est abordé à la suite de la question d’une internaute : « Est-ce que le bégaiement est héréditaire? » 

La réponse du Dr Chicoine ne pouvait davantage tomber dans les stéréotypes. Citons :

« Le bégaiement est attribuable à l’anxiété d’une famille, à la façon de s’adresser les uns aux autres [au sein de la famille], c’est ça qui va moduler le bégaiement. Oui, c’est possible qu’il y ait une composante [génétique], mais c’est surtout, un peu le vécu de l’enfant. On dit nature vs nurture, [ici], c’est plutôt son environnement qui va l’avoir conduit à [bégayer]. Avant de chercher à régler [le bégaiement], il faut vérifier qu’il n’y ait pas eu de traumatisme, une intimidation, un harcèlement. Un événement peut faire qu’un enfant peut avoir, au niveau de sa construction de sa confiance en lui, quelque chose de fragile, de marginal. On a entre l’âge de 4 et 8 ans pour intervenir. À partir de l’âge de 8 ans, l’estime de soi est très développée et s’il y a encore des problématiques au niveau du bégaiement, là ça peut être plus difficile. (sic) »

Il va de soi que l’équipe de Deux filles le matin ne s’est pas adressée au bon professionnel. Pourquoi ne pas avoir fait appel à un orthophoniste spécialisé en bégaiement?

Heureusement, l’Ordre des orthophonistes et des audiologistes du Québec a rapidement rectifié le tir sur sa page Facebook où Anne Moïse-Richard, orthophoniste au CR Marie Enfant du CHU Sainte-Justine, a invité les lecteurs à s’informer davantage :

Capture d’écran 2018-03-12 à 19.38.01

Des effets qui se font ressentir rapidement

 

Même si l’OOAQ a réagi promptement et efficacement, le mal est fait. Le Dr Chicoine a tenu des propos infondés sur une tribune médiatisée et la cause s’en ressentira. Le soir de la diffusion, déjà, Geneviève en vivait les répercussions.

En effet, à peine franchi le seuil de l’immeuble où j’habite, j’ai croisé la propriétaire qui s’est empressée de me dire : Geneviève! Il faut je te raconte ce que j’ai entendu à Deux filles le matinPleine de bonne volonté, elle cherchait déjà à m’aider à trouver la source de mon traumatisme (!). Malheureusement, même si je me suis dépêchée de la corriger et de la mettre devant les faits cités par l’OOAQ, elle a continué, butée : Ah, mais je crois très fortement que ce qu’on vit dans l’enfance nous affecte une fois adulte… Elle n’a pas nécessairement tort, mais dans le cas du bégaiement, s’aventurer sur cette piste freudienne n’est pas l’attitude à adopter. Je me suis presque sauvée dans mon appartement. J’étais fatiguée de constater que ce que je crains parfois trouver dans le regard des autres s’y trouve vraiment.

 

La science l’emporte sur les croyances populaires

 

Une des raisons d’être de l’ABC est de sensibiliser le public et de lui fournir une information à jour sur le bégaiement. Ce faisant, l’ABC souhaite améliorer la perspective de cette différence dans la société. Et justement, les vieux mythes entretenus par le Dr Chicoine sont de plus en plus déconstruits par les récentes études en neurologie et en génétique, qui estiment la part génétique du bégaiement à environ 80 % (Drayna et Frigerio‐Domingues, 2017). D’autres travaux mettent également en lumière des différences dans les zones du cerveaux qui contrôlent la parole entre les personnes qui bégaient celles qui sont fluides ; ces différences se constatent dès l’enfance (Chang et al, 2008). Par ailleurs, des travaux de recherche se penchent aussi davantage sur la possibilité qu’il n’y ait pas qu’un bégaiement, mais des bégaiements, notamment un bégaiement de l’enfance, appelé transitoire, et un bégaiement développemental persistant, qui, par essence, persiste jusqu’à l’âge adulte (Monfrais-Pfauwadel, 2014).

En somme, le bégaiement développemental ne peut en aucun cas être réduit à de l’anxiété ou à un traumatisme. Là-dessus, les experts s’entendent clairement. Par contre, certaines personnes qui bégaient peuvent identifier un événement marquant de leur vie qui coïncide avec le début du bégaiement. Ce serait alors un facteur précipitant qui aurait fait en sorte que la prédisposition génétique devienne apparente dans la parole. Sans cet événement, la personne aurait sans doute commencé à bégayer à un autre moment dans sa vie puisque le bégaiement était inscrit dans ses gènes dès la naissance.

 

Quel expert consulter?

 

Nous vivons dans une société où les pédiatres sont perçus comme les spécialistes ultimes de chaque trouble du développement. D’abord, le contexte de la question surprise de fin d’émission ne rendait pas justice à toute sa complexité, c’est d’ailleurs ce qu’a répondu Dr Chicoine à l’OOAQ. De plus, on peut se demander quelle est la proportion des pédiatres qui auraient tenu des propos similaires à ceux du Dr Chicoine.

Les médecins, particulièrement les pédiatres, ont un rôle clé dans le dépistage et l’orientation des familles dont l’enfant présente des défis sur le plan de la communication. Aux mythes mentionnés précédemment s’ajoute « Le bégaiement est parfaitement normal jusqu’à l’âge de 4-5 ans » qui a aussi été nommé par Dr Chicoine dans sa courte allocution. Voilà une phrase qui laisse croire que le bégaiement fait partie du développement normal de la communication alors que moins de 10 % des enfants vont présenter du bégaiement une fois dans leur vie. Bien sûr, parmi eux, plusieurs enfants vont retrouver une parole fluide sans consulter en orthophonie. Par contre, près d’un enfant sur trois présentera du bégaiement persistant (Onslow, 2017), c’est-à-dire que des interventions en orthophonie seront nécessaires pour que cet enfant puisse être plus fluide et à l’aise de communiquer. Il est donc important de consulter rapidement en orthophonie quand un ou plusieurs de ces facteurs sont présents :

  1. Une ou plusieurs personnes de la famille bégaient depuis plusieurs années (prédisposition génétique de bégaiement persistant).
  2. Le bégaiement devient plus sévère au fil des mois suivant son apparition.
  3. L’enfant pleure, se fâche, s’isole ou refuse de parler à cause de son bégaiement.

Ces enfants sont particulièrement à risque de présenter du bégaiement persistant. On souhaite intervenir en orthophonie avant l’apparition d’émotions négatives par rapport à la parole.

 

Changer la perspective sur le bégaiement

 

Ainsi, la science le démontre : le bégaiement n’est en rien attribuable à une fragilité émotionnelle de l’enfant ou à une faible estime de soi. Bien sûr, ces éléments peuvent parfois être une conséquence de ce trouble de la parole. C’est notamment sur ce plan qu’une démarche en orthophonie peut faire une différence. Rappelons aussi que, malgré les difficultés engendrées par le bégaiement, de nombreuses personnes qui bégaient se démarquent au quotidien par leur détermination et leur force de caractère. Qu’il soit question de professeurs, d’avocats, de professionnels de la santé et j’en passe, ces personnes sont assurément des modèles inspirants.

Pour conclure, l’ABC tient à remercier l’OOAQ pour sa réaction rapide et pertinente. Les experts en orthophonie contribuent de façon importante à la sensibilisation du public. On aura ainsi démontré que notre communauté se tient debout. Ensemble, nous sommes plus forts. Un jour à la fois, nous changerons la perspective du grand public au sujet du bégaiement.

 

Lien vers l’émission https://videos.tva.ca/page/deuxfilleslematin?clip=_5741051270001 (début vers 38 minutes environ)

Liens complets cités dans la publication de l’OOAQ :

 

Pour en savoir davantage :

  • Chang, S. E., Erickson, K. I., Ambrose, N. G., Hasegawa-Johnson, M. A., & Ludlow, C. L. (2008). Brain anatomy differences in childhood stuttering. Neuroimage, 39(3), 1333-1344.
  • Frigerio‐Domingues, C., & Drayna, D. (2017). Genetic contributions to stuttering: the current evidence. Molecular genetics & genomic medicine, 5(2), 95-102.
  • Monfrais-Pfauwadel, M (2014) Bégaiement, bégaiements : un manuel clinique et thérapeutique, Paris : Éditions de boeck, 474 pages.
  • Onslow, M. (2017). Stuttering and its treatment – Eleven lectures. Retrieved from Australian Stuttering Research Centre website : http://sydney.edu.au/health-sciences/asrc/docs/eleven_lectures.pdf

 

 

Concours de bourses pour assister au congrès de la National Stuttering Association à Chicago en juillet 2018

Chicago-LogoL’ABC offre de nouveau cette année deux bourses d’une valeur de 1 500 $CA chacune afin de permettre à deux de ses membres de participer au congrès de la National Stuttering Association (NSA), un événement majeur au sein de la communauté des personnes qui bégaient. L’édition 2018 se déroulera du 4 au 8 juillet dans la célèbre ville de Chicago. Visitez le site Web de la NSA pour en savoir plus (en anglais seulement).

Chaque année, près d’un millier de personnes qui bégaient ou qui sont intéressées par le bégaiement se rassemblent dans le cadre de cet événement. Ces quelques jours sont l’occasion de tisser des liens avec d’autres personnes qui bégaient, de partager ses expériences, d’en apprendre davantage sur le bégaiement et, comme le dit le slogan de la NSA (« If you stutter, you are not alone »), de se rendre compte que nous ne sommes pas seuls à vivre avec ce défi.

Pour participer au concours de bourses offertes par l’ABC, vous devez :

• Être membre en règle de l’ABC pour l’année 2018-2019 (pas encore membre? Payez votre adhésion dès maintenant)
• Rédiger une lettre d’environ 500 mots expliquant les raisons qui vous motivent à assister à ce congrès.
• Faire parvenir le formulaire de demande de bourse à l’ABC par courriel (abcbegaiement@bellnet.ca) ou par la poste (Association des bègues du Canada inc., 6970 Christophe-Colomb, bureau 203, Montréal (QC) H2S 2H5), au plus tard le 1er mai 2018.

Les gagnants, qui seront dévoilés au plus tard le 4 mai 2018, devront fournir une preuve d’inscription au congrès ainsi qu’une confirmation de réservation de chambre d’hôtel afin que la bourse leur soit versée.

Pour toute question concernant le concours de bourses, écrivez-nous à abcbegaiement@bellnet.ca.

Crédit photo : http://westutter.org/conference/