Mon changement de vision par rapport au bégaiement

par Myriam Fauteux, vice-présidente et membre de l’ABC

J’ai eu mes retrouvailles de 10 ans du secondaire il y a de cela quelques semaines déjà. Lors de notre dernière année au secondaire, nous avions dû nous écrire trois lettres à notre soi du futur en expliquant où nous espérions être rendus dans la vie. J‘ai revu ces lettres pour la première lors de ces retrouvailles. Ce qui m’a le plus marquée est à quel point ma vision du bégaiement a changé dans les 10 dernières années ! Dans chacune de mes lettres, je commençais par dire où je me voyais avec mon bégaiement. Je n’en reviens pas à quel point le bégaiement semblait être important à ce moment-là de ma vie ! En relisant les lettres, j’ai l’impression que je me définissais principalement par « Je suis une personne qui bégaie ». Avec le recul, je me considère comme beaucoup plus que simplement une personne qui bégaie. J’ai ma propre personnalité, mes goûts …  Je suis une personne qui aime la musique, qui aime voyager, qui adore aider les autres …  

Dans les 10 dernières années, j’ai appris que le bégaiement n’est pas la seule chose qui me définit. Il fait partie de ma vie et je ne pourrai jamais le nier, mais il n’est pas le seul élément qui me définit. La vision que j’avais du futur avec mon bégaiement m’a aussi fait réaliser à quel point j’idéalisais le moment où je parlerais fluidement. C’était mon souhait le plus cher à ce moment-là. Dans deux de mes lettres, je dis comment j’espérais être fluide. Je vous inclus chacun de ses extraits ici :  

22 janvier 2014 

« Quand je vais avoir fini l’université, je vais aller travailler dans un laboratoire sur la recherche sur le cancer ou sur le bégaiement. Parlant de bégaiement, je suis sur la bonne voie. Je réussi à le contrôler la plupart du temps, mais il y a encore des journées qui sont plus dures. » 

22 janvier 2019 

« J’ai poursuivi mon rêve de contrôler mon bégaiement et j’ai maintenant réussi à le contrôler. C’est sur qu’il y a des fois des rechutes, mais je les surmonte assez bien. » 

Comme vous pouvez le remarquer, j’espérais dont être fluide rendu en 2019. Étant en 2019, je peux vous dire que je suis loin de la fluidité. J’ai accepté que je ne pourrai jamais être fluide à 100%. J’ai arrêté de chercher la perfection. Je sais que mon bégaiement sera toujours présent et j’ai appris à l’aimer malgré tout. J’essaie d’en parler le plus possible autour de moi. C’est ce qui m’aide le plus à l’accepter. Je me suis rendue compte que ce qui me faisait le plus peur est le jugement des autres. Ils ne peuvent pas me juger s’ils savent pourquoi je bloque et je répète certains sons. Mon bégaiement est un roller coaster en ce moment. Les journées les plus difficiles me permettent de continuer de travailler à accepter mon bégaiement. Ce n’est pas toujours facile, mais elles font en sorte que j’apprécie encore plus les journées où mon bégaiement est moins présent. En ce moment, je vois mon bégaiement comme une partie de moi, comme tous les autres traits de ma personnalité. Il a fait en sorte que je suis la personne que je suis aujourd’hui.  

J’aurais aimé recevoir une lettre de la Myriam de 2019 lorsque j’étais en 2009 pour qu’elle me dise tout ce qu’il y a de merveilleux dans le monde du bégaiement. J’ai pu voyager, rencontrer des personnes venant des quatre coins du monde, me faire des amis pour la vie avec qui je partage une des parties les plus importantes de ma vie, le bégaiement. Jamais je n’aurais cru rencontrer autant de personnes qui bégaient. Vous m’avez tous inspirée chacun de votre façon. Ce changement dans ma vision, je le dois à chacun d’entre vous qui avez croisé mon chemin depuis ma découverte de l’ABC! 

Chacune de nos discussions m’a aidée à voir que le bégaiement n’est pas la fin du monde. Il m’a rendu la vie un peu plus difficile, mais ça m’a fait grandir en tant que personne. Le soutien entre personnes qui bégaient est magique. C’est maintenant à mon tour de redonner tout l’amour et la compréhension que j’ai reçue à l’ABC à d’autres personnes qui bégaient.  

À tous ceux qui sont dans une période creuse, qui ne voient pas le bout du tunnel, continuez de persévérer. Laissez-vous aider par la communauté de personnes qui bégaient et faites-vous confiance dans votre bégaiement. Faites ce que vous pensez être le mieux pour vous. On ne sait jamais ce que le futur nous réserve. Justement en 2010, j’ai arrêté les thérapies orthophoniques en me disant qu’aucune d’entre elles ne m’avait vraiment aidée. Je me disais que ce moyen ne fonctionnait pas pour moi. Puis, le hasard a fait que je suis tombée sur l’ABC et que j’ai connu les groupes de soutien. Ce moment a changé mon bégaiement pour le mieux! Trouvez ce qui vous aide vous, peu importe ce que disent les autres. N’oubliez pas que votre bégaiement change en même temps que vous grandissez, comme votre vision de votre bégaiement.  

Merci à vous tous pour le soutien que vous m’avez apporté et continuez de m’inspirer! 

Retour aux Témoignages